Un beau texte de Fabrice Colin comme un écho à un certain 13 mai 2011.